COMMENT FAIT-ON UN PRIX ?



Comment est fait « mon prix » pour les séries allant de la déclinaison à la transcription qui représente la plus grande partie de mon travail de peintre ?

Le cas particulier de la transparence sera expliqué dans un deuxième temps.



DEFINITION ELEMENTAIRE DE MON PRIX :


C’est la somme de 3 valeurs.

                             De La Valeur de revient ou prix de revient de l’œuvre : résultante deux valeurs.
                 La Valeur Peinture Absolue
                                                La Valeur Peinture Relative = l’activité peinture.

  De La Valeur Sentimentale (traduction =estimation statistique)

De Valeur Marchande Finale qui tient compte de deux autres valeurs

La Valeur à priori
       La Valeur à postériori






-------------------------------------------------------------------En aparté---------------


Pour expliquer cette simple théorie, j’ai pris du recul sur des analyses des ventes (recettes) au cours des différentes expos (portant sur 400 tableaux réalisés) et puis sur une réévaluation de cette analyse quelques années plus tard (portant sur 850 tableaux supplémentaires jusqu’à 2012= soit 1150 tableaux au total). J’ai fait un bilan entre les différentes recettes et les nombreux frais au cours de la période allant de 1992 à 2012= 20ans.



 

Chapitre 1


 

1//  La Valeur de revient ou prix de revient de l’œuvre



C’est la somme de 2 valeurs qui tient compte des frais de l’activité peinture
(Valeur Peinture Relative) et de la peinture proprement dite (Valeur Peinture Absolue) ramenée pour un tableau.
Pour résumer 20 ans de peinture (étude du bilan recettes /dépenses) pour chaque tableau me donne un coefficient d’amortissement.

 

1-A° Valeur Peinture Absolue :

 
1-A-1/ C’est la valeur de la CONCEPTION de l’œuvre : un pack recherche forfaitaire qui débouche sur un canevas écrit.
Je m’explique :
Quand je ressens un mot, une chanson, un texte ou une commande et que je l’envisage, il s’ensuit une recherche de conception qui peut être plus ou moins longue, j’applique un forfait «  dit de conception ».
Il m’arrive d’intervenir pour des conseils en exposition.
 

Résultat = A/ POUR 2013 : La Conception ou Conseil  est de 100 €.


1-A-2/ C’est une valeur « temporelle» : C’est le temps EFFECTIF passé à réaliser physiquement un tableau, c’est du concret, c’est la mise en couleur, c’est « les premiers pas et les premiers mots de la toile » ce temps, je l’ai mesuré et il est valable pour n’importe quel format papier.

Je peins à une vitesse de 6 éléments à l’heure.
Un élément (de transcription) = une porte, un jnoun, une silhouette, une graphie complexe, un mot.

Résultat = B/ POUR 2014 : Mon tarif horaire est de 12 €.



 

 A+B = VPA= Valeur Peinture Absolue = 1 constante A +1 parametre B


 

1-B° La Valeur Peinture Relative = l’activité peinture :


Définition  de l’activité peinture : c’est la partie la plus importante et la plus désagréable du coté artistique dit « matériel ». Mon atelier est situé chez moi, et je l’ai chiffré au prorata des surfaces et volumes pour montrer et réaliser mes œuvres.

Cette valeur tient compte :

 
De l’amortissement de l’Atelier et des frais inhérents à son existence.
De la gestion des œuvres et de leurs supports propres.
Du coût des expositions.
Des frais de communication.
De l’inertie de l’Atelier.

Des frais d’investissements ou spéciaux en matériel peinture et sa gestion.
Des frais de comptabilité.
Des frais d’encadrement.
Des frais de  « Technologie ».
Des imprévus (ou assurance).
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Je vais reprendre le listing ci-dessus en énumérant les différents exemples de frais.
Au bout de 20 ans dont 14 passés avec l’atelier actuel, il se dégage un coefficient d’amortissement (ramené pour chaque œuvre) et  traduit en €.
 

Résultat : ce coefficient= C / POUR 2014 : il est de 40 €. Il est constant (si l'adresse est inchangée)


   Reprise listing avec exemples simplement cités.
 
1-B-1 // De l’amortissement de l’Atelier et des frais inhérents à son existence :

Les  charges normales (Loyer, électricité, chauffage,  impôts locaux, assurance,) ramené toujours au prorata.
Exemple pour le loyer : question surface : j’utilise 40 m² /sur les 192 m² = 21% de la surface au sol soit 21% de 1500 € par mois = 315 € ramené à 1150 tableaux= 30 centimes par tableaux et par mois environ.

 
1-B-2 // De la gestion des œuvres.

Le stockage hors cadre ou avec cadres, leur protection.
 
1-B-3 // Du coût/recette des expositions.
 
Transport chez l’encadreur aller retour, transport sur les lieux d’expos, accrochage, vernissage(s), décrochage, livraison éventuelles, emballages, hébergement, et frais relationnels. Publicité et promotions de l’expo.
Majorés de la commission prise par la galerie (et c’est important) ou de frais de location de salles. En recette parfois les galeries prennent en charge le transport des œuvres.

 
1-B-4 // Des frais/recettes de communication.
 
Publicité et promotions de l’œuvre. Journaux, radios, téléphonie, vidéos, internet.
En recette parfois les galeries payent la promotion donc j’inscrits des recettes.
Stage de formation, séminaires entraîne un hébergement, en général on double les frais d’inscriptions pour donner une moyenne. En recette on peut être hébergé gratuitement, c’est rare, mais cela existe et mérite être signalé.

1-B-5 // De l’inertie de l’Atelier

L’inertie de l’atelier est égale à l’absence de l’activité du peintre :
Soit pour des raisons d’exposition (je n’ai pas le don d’ubiquité)
Soit pour des raisons de maintenance et travaux. En recette : on peut citer le troc « bricolage ».
 
1-B-6 // Des frais d’investissements ou spéciaux en matériel peinture et sa gestion.

3 exemples
 
Exemple n°1 : La couleur noire de chez Rembrandt. Ce noir est très intense dans un conditionnement précis (bâton de 5 cm environ) dés qu’il change de conditionnement, il perd de son intensité. Mais ce bâton n’est pas vendu séparément mais dans une boite palette : ce qui augmente les frais d’achat de peinture pour cette couleur. Gestion des périmés.

Exemple n°2 : Le support de la peinture "proprement dit" est spécifique à chaque tableau: le format pour une peinture (support papier)  varie entre 3 et 20 euros.

Exemple n°3 : SON PRE-ENCADREMENT OU SON ENCADREMENT suit.
C'est ce coût qui est reporté sans bénéfice ou profit, pour chaque tableau réalisé.

 
1-B-7 // Des frais de comptabilité.
 
On compte aussi les frais de bureautiques.
 
1-B-8 // Des frais d’encadrement.
 
Et de ré-encadrement, les encadrements subissent des chocs même s’ils sont protégés. On a l’habitude de dire qu’un encadrement (blanc) tient en moyenne 4 expositions. . . En recette : on peut citer le troc.
 
1-B-9 // Des frais dus à la  «Technologie ».
 
L’appareil photo et caméra à changer, les ordinateurs et les différents logiciels associés. En recette : on peut citer la maintenance informatique gratuite par un proche.
 
1-B-10 // Des imprévus (ou assurance).
 
Toutes sortes d’incidents comme l’inondation ou par exemple : le cambriolage (voir : valeur sentimentale).

A+B = VPA= Valeur Peinture Absolue
C= VPR= Valeur Peinture Relative
CONCLUSION : La valeur de revient dépend de 3 éléments (une constante, un paramètre, un coefficient) qui s’auto articulent
A+B+C= base de calcul.

Chapitre 2

2// La Valeur Sentimentale


C’est au cours d’un cambriolage que j’ai appris à estimer «ce qui n’a pas de prix» et pourtant on m’a demandé de le faire et l’exercice est étonnant. Elle n’est pas chiffrable ou peu mesurable et pourtant il faut la traduire en « argent » et lui fixer un montant. Cette valeur abstraite tient compte de la charge émotionnelle d’un texte, d’une situation précise, du déclic, de l’inspiration etc.etc. De l’inspiration ou des conséquences qu’elle a communiquées. Une œuvre peut entraîner une étude en école ou une performance avec des gens du théatre…

Mais peut-on ramener tout à l’argent (ou est-ce tabou ?)

La valeur sentimentale est canalisée et maîtrisée par des méthodes diverses : telles les séminaires ou stages « de détachement » (par exemple) qui eux sont chiffrables.
Ou comment travailler pour les commandes ?

En conclusion et pour mettre un chiffre.

Parlons argent : J’ai multiplié le prix de revient par 1.8
(Traduction = c’est une estimation statistique)


La valeur de revient + la valeur sentimentale =

(A+B+C= base de calcul.) X1.8 = D

Chapitre 3

3// Valeur Marchande Finale


Elle tient compte de deux valeurs :

La Valeur à priori.
       La Valeur à postériori.

3-A° La Valeur à priori = (E)


C’est la valeur de l’œuvre augmentée de la part de la commission ou des commissions des galeristes. Ou du contrat par exemple d’exclusivité qui peut assortir cette œuvre. Le prix est donc réajusté et affiché pour l’exposition présente : Il est négociable entre toutes les parties.

D+E = PRIX FINAL DE VENTE (pour une expo.)

 

3-B° La valeur à postériori (E')


Elle concerne son exposition suivante de cette même œuvre en tenant compte des frais engendrés par sa dernière expo.
L'oeuvre peut-etre immobilisée pour une étude (école,fac )
En fait plus une œuvre est montrée plus elle, est connue et reconnue, plus elle a engendré des coûts et plus ces coûts  sont reportés sur l’exposition suivante.


Et ainsi de suite. Le prix est réajusté sert de base pour l’exposition future.
 

En résumé pour 2014 et pour une oeuvre encadrée

Le prix = (100 euros de conception + 12 euros de l'heure +40 euros d'amortissement) x 1.8 +les frais d'exposition.

Remarque :
Beaucoup de peintres font leur prix différament.
Ils font "payer" au point (le point tient compte du format et de la côte du peintre).
Je vous invite à aller voir le site du peintre DIDIER LEBIHAN
(comme exemple): www: didierlebihan.com

 

Cas particulier de la Transparence  et des Scenarii

CAS DE LA TRANSPARENCE

Par définition , la transparence est une oeuvre qui découle d'une oeuvre opaque.
Il faut réaliser d'abord cette oeuvre (et ça, c'est jouissif !) . Cette oeuvre est l'oeuvre "mère ou source ou encore Matrice ", c'est la base de toute la transparence à venir :
C'est le côté stimulant de la création.

Je pourrais LA FACTURER.
J'ai plutôt choisi de facturer que la Transparence proprement dite, c'est à dire le résultat "des éléments retenus à représenter sur le film acétate" suivant mon inspiration.

Cas des scénars : Voir La page" LES SCENARS" ---------en construction--------prochainement en ligne------------